douleurs rhumatismales

Rhumatologie en Tunisie

Prise en charge rapide et efficace des maladies rhumatismales


Rhumatismes et Rhumatologie

Le rhumatisme regroupe plusieurs dizaines de maladies et d’anomalies qui touchent les muscles, les tendons, les os, les articulations et leurs structures.


La rhumatologie

La rhumatologie est la spécialité médicale qui traite les douleurs et les maladies touchant l'appareil locomoteur et des troubles musculosquelettiques : pathologies articulaires, mécaniques, inflammatoires, métaboliques ou même neurologiques.

Votre rhumatologue prend en charge, donc, les patients qui souffrent de pathologies articulaires, osseuses, tendineuses, musculaires, ou ligamentaires

Le Rhumatisme

Le rhumatisme regroupe plusieurs dizaines de maladies et d’anomalies qui touchent les muscles, tendons, os, les articulations et leurs structures.

Le rhumatisme pourra se présenter sous des formes diverses :

  • Mécaniques: Arthrose
  • Inflammatoires: arthrites, polyarthrite rhumatoïde, lupus
  • Microcristallins: la goutte et la pseudo-goutte
  • Neurologiques: la sciatique

Les maladies rhumatismales touchent des patients des deux sexes avec plus de femmes que d’hommes et de différents âges avec prédominance des plus âgés, et constituent une des principales causes d’invalidité.

Origines

Les origines des maladies rhumatismales sont diverses elles peuvent être mécaniques résultante d’un phénomène d’usure tel que l’arthrose, inflammatoires auto-immunes tel que la polyarthrite rhumatoïde, métaboliques comme la goutte ou infectieuses suite à une infection par des salmonelles, la chlamydia, la gonorrhée.

Symptômes

Les symptômes communs des rhumatismes comprennent l’enflure, la douleur, la raideur et une diminution de l’amplitude de mouvement.

Les symptômes peuvent être persistants ou par poussées, leurs intensités varient entre légères, modérées ou graves, peuvent être constantes ou s’aggraver avec le temps.

Conséquences

Les rhumatismes peuvent entrainer des dommages irréversibles des articulations et provoquer des douleurs chroniques et des incapacités physiques invalidantes affectant l’autonomie du patient et rendre difficile l’accomplissement de certaines activités quotidiennes, et peuvent s’étendre à d’autres organes tel que les reins, poumons, cœur ou les yeux.

Rhumatismes mécaniques : Arthrose

L’Arthrose est l’une des formes les plus répandu de maladies rhumatismales, cette maladie dégénérative résulte de l’usure et la dégradation irréversible du cartilage de l’articulation provoquant de douleurs, un gonflement et une raideur réduisant l’amplitude des mouvements.

Les facteurs de risque de ce rhumatisme comprennent l'excès de poids, les antécédents familiaux, l'âge et les lésions ou traumatismes antérieurs.

L'arthrose peut être prévenue en restant actif, en maintenant un poids santé et en évitant les blessures et les mouvements répétitifs.

Symptômes de l’arthrose

L’arthrose est caractérisée par la douleur, la tendresse et la raideur des articulations touchées.

L’arthrose touche le plus souvent les articulations des genoux, la main et des hanches bien que cela puisse également se produire au niveau de l'épaule, de la mâchoire ou d'autres articulations du corps.

Différents types d’arthroses

L’arthrose peut être différenciée selon l’emplacement des articulations affectées :

  • Gonarthrose ou arthrose de genou
  • Coxarthrose ou arthrose de la hanche
  • Cervicalgie ou arthrose cervicale
  • Lombalgie appelée aussi lumbago ou arthrose dorsolombaire
  • Spondylarthrose ou arthrose de la colonne vertébrale

Rhumatismes inflammatoires : arthrites, polyarthrite rhumatoïde, lupus

L’arthrite désigne un dysfonctionnement du système immunitaire faisant que le système attaque par erreur les articulations avec une inflammation incontrôlée, provoquant potentiellement une érosion articulaire et pouvant endommager les organes internes, les yeux et d'autres parties du corps.

La polyarthrite rhumatoïde ou le rhumatisme psoriasique sont des exemples d'arthrite inflammatoire.

L’arthrite est une maladie bénigne qui a le désavantage d’être invalidante dans ses stades avancés, les chercheurs pensent qu'une combinaison de prédispositions génétiques et environnementaux tel que le tabagisme peut déclencher des maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde.

Un diagnostic précoce et des traitements adaptés sont essentiels afin de ralentir l’arthrite et aider à minimiser, voire à prévenir, les dommages permanents aux articulations.

L'objectif du traitement est de réduire la douleur, d'améliorer la fonction et de prévenir d'autres lésions articulaires.

Symptômes

Les symptômes des rhumatismes inflammatoires tel que l’arthrite et la polyarthrite rhumatoïde peuvent varier en gravité et en intensité alternant des périodes d’activité accrue et des périodes de rémission relative lorsque l’enflure et la douleur s’estompent ou disparaissent.

Les symptômes de l'arthrite ou de la polyarthrite rhumatoïde peuvent inclure :

  • Des articulations chaudes, gonflées.
  • Raideur et douleurs aux articulations atteintes suite à une inactivité prolongé, plus forte la nuit et le matin, ces symptômes diminuent après le dérouillage de l’articulation.
  • Fatigue, liée à l’activité auto-immune et les inflammations résultantes, accompagnée souvent d’une fièvre et associée aussi à un manque d’appétit.

Au départ la polyarthrite rhumatoïde a tendance à toucher les petites articulations et à mesure que la maladie progresse les symptômes se propagent vers les autres articulations : poignet, genoux, cheville, coudes, hanches et épaules.

Les symptômes apparaissent symétriquement dans les mêmes articulations des deux côtés du corps.

Le processus auto-immun qui a déclenché la polyarthrite rhumatoïde peut toucher également de nombreuses structures non articulaires tel que la peau, les yeux, le cœur, les reins, glandes salivaires, tissu nerveux, vaisseaux sanguins ou la moelle osseuse.

Rhumatismes microcristallins : la goutte et la pseudo-goutte

Appelée aussi l'arthrite microcristalline, la goutte et la pseudo-goutte sont provoquées par des dépôts de cristaux dans les articulations.

Des niveaux élevés d’acide urique dus à une surproduction naturelle ou que le corps ne parvient pas à se débarrasser de l’acide urique en excès.

L’acide urique s’accumule et forme des cristaux en forme d’aiguilles dans l’articulation, entraînant des pics soudains de douleur articulaire extrême ou une crise de goutte.

Si les niveaux d'acide urique ne sera pas maitrisé, la goutte pourra devenir chronique et causer une douleur et une invalidité persistantes.

La sciatique

La sciatique est caractérisée par une douleur et éventuellement de picotement, engourdissement ou faiblesse qui irradie le long du nerf sciatique, qui se ramifie du bas du dos et se propagent dans les hanches et les fesses tout au long du nerf sciatique à l’arrière jambe.

En règle générale, la sciatique ne touche qu'un seul côté du votre corps.

La sciatique n’est pas une pathologie en soi, c’est un symptôme d’un état pathologique sous-jacent, La sciatique survient le plus souvent suite à des problèmes lombaires pouvant provoquer des symptômes de sciatique comme la hernie discale, discopathie dégénérative, spondylolisthésis ou une sténose de la colonne vertébrale. Cela provoque une inflammation, des douleurs et souvent des engourdissements dans la jambe affectée.

Symptômes

La sciatique est souvent caractérisée par un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • Douleurs constantes dans un seul côté de la jambe et rarement les deux jambes décrites comme une sensation de brulures et de picotements.
  • Une douleur aiguë qui peut rendre difficile de se lever ou de marcher et elle est plus intense en position assise.
  • Douleur qui irradie le long de la jambe et éventuellement dans le pied et les orteils accompagnés souvent d’une faiblisse engourdissement et difficulté à les bouger.
  • 0

La douleur sciatique peut varier de peu fréquente et irritante à constante et invalidante. Les symptômes varient généralement en fonction de l’origine du pincement du nerf sciatique.

Bien que les symptômes puissent être douloureux et potentiellement débilitants, il est rare qu’une lésion permanente du nerf sciatique en résulte, et une atteinte de la moelle épinière est possible mais rare.

Le diagnostique des maladies rhumatismales

Le diagnostic en rhumatologie passe par quatre étapes essentielles : un interrogatoire par votre rhumatologue, un examen physique, des analyses biologiques et imagerie médicale.

L’objectif est d’identifier la nature et l’origine de la pathologie.

Les questions qui seront posés lors de la consultation concerneront le mode de vie et l’historique du patient en tenant compte de son âge, sexe, environnement.

Concerneront aussi l’historique de la pathologie, les caractéristiques des douleurs et d’autres signes tel que la fièvre ou des signes cutanées

L’objectif à cette étape est de déterminer la nature mécanique ou inflammatoire de la pathologie ce qui orientera le reste des diagnostics.

Cet interrogatoire est de compléter par un examen clinique permettant de confirmer les premières constatations et d’évaluer les articulations touchées par la recherche des déformations, examens des mouvements anormaux, les amplitudes des mouvements.

Les analyses médicales au laboratoire et l’imagerie que ce soit des simples Rx, IRM ou échographie seront fixées en tenant compte du diagnostic, du pronostique et des possibles schémas thérapeutiques.

Le diagnostic pourra se compléter par des ponctions articulaires, ostéodensitométrie ou électromyogramme selon l’évaluation faite par le rhumatologue.

En cas où la pathologie touche d’autres organes, l’avis d’autres spécialistes pourra être demandé : ophtalmologue, pneumologue, dermatologue.

La thérapie

Le traitement des symptômes

C’est essentiellement dans le but de réduire les douleurs et d’améliorer la qualité de vie du patient, le traitement est souvent composé d’antalgiques et d’anti-inflammatoires.

Traitement de fond

Ça concerne essentiellement les pathologies d’origine inflammatoires auto-immunes, les traitements de fond classiques ou de la famille des biothérapies, permettent en régulant le système immunitaire et inflammatoires de ralentir ou d’arrêter l’évolution de la maladie et de réduire les symptômes dans le but d’arrêter le processus destructif des articulations atteintes.

Traitements locaux

Des traitements administrés directement dans l’organe concerné par la pathologie.

Infiltration de corticoïdes

L’infiltration consiste à injecter au voisinage de l’articulation, tendon ou muscle des corticoïdes qui vont réduire l’inflammation et la douleur et améliorer par conséquent la fonction.

Injection de visco-supplémentation

Pour les arthroses on injecte directement dans l’articulation de l’acide hyaluronique dans l’objectif est de lubrifier l’articulation afin d’améliorer la mobilité et de réduire la douleur.

Lavage articulaire

A l’aide d’un sérum physiologique on nettoie l’articulation des microparticules qui entretiennent l’inflammation.

La médecine physique

La kinésithérapie permet de renforcer les muscles, entretenir la mobilité de l’articulation.

Les pathologies osseuses: Ostéoporose

L'ostéoporose est une maladie des os qui survient lorsque le corps perd trop, produit trop peu d'os, ou les deux donnant lieu à une diminution de la densité et la résistance osseuse et une fragilité des os.

L'ostéoporose conduit littéralement à un os anormalement poreux et compressible, Ce désordre du squelette affaiblit l'os et augmente le risque de fractures d'éternuements ou de bosses mineures.

L’ostéopénie, par définition, est un état osseux légèrement moins dense que l'os normal, mais pas au même degré que l'ostéoporose.

La densité osseuse commence à diminuer généralement dès l’âge de 35 ans et la perte osseuse s’accélère chez les femmes après la ménopause.

Les facteurs de risque clés de l’ostéoporose comprennent la génétique, le manque d’exercice, de calcium et de vitamine D, des antécédents personnels de fracture à l'âge adulte, le tabagisme, la consommation excessive d'alcool, des antécédents de polyarthrite rhumatoïde, un poids faible et des antécédents familiaux d'ostéoporose.

Souvent, les patients atteints d'ostéoporose ne présentent aucun symptôme jusqu'à l'apparition de fractures osseuses.

Le diagnostic d'ostéoporose peut être suggéré par la radiologie et confirmé par des analyses biologiques visant à mesurer la densité osseuse.

contactez-nous


Des questions ?
Toutes les informations dont vous avez besoin pour diagnostiquer et soigner votre rhumatisme.

contactez nous